Assurément, la France est un pays qui a le pied marin. Dotée de trois façades maritimes (à savoir Manche-Mer du Nord, Atlantique et Méditerranée) ; le pays compte quelques 66 ports de commerce maritimes. Et parmi ces derniers, certains dont le caractère essentiel n’est plus à prouver. Bordeaux, La Rochelle et Rouen en font indiscutablement partie. Mais ce n’est pas tout. Car il faut également compter avec les ports de Dunkerque, du Havre, de Marseille ou de Saint-Nazaire ! Dès lors, focus sur ces ports d’importances qui se sont peu à peu imposés dans le paysage maritime français :

Dunkerque

Initialement, le tout premier port de Dunkerque date du XIème siècle et est presque exclusivement destiné à la pratique de la pèche au hareng. Cependant, dès 1350 ; il devient un port de commerce, place forte des échanges entre France, Angleterre et Hollande. Mais il est détruit à la fin du XVIIIème siècle. Quelques travaux de reconstruction sont alors entrepris, mais une nouvelle destruction intervient lors de la Guerre de Sept Ans. Il faudra alors attendre 1822 et la décision du ministre des Finances Joseph de Villèle pour que celui-ci soit durablement reconstruit et débouche sur le port que l’on connaît aujourd’hui. Fait intéressant, il ne s’agit plus seulement d’un port de commerce. Car le port de Dunkerque a désormais un dessein énergétique affirmé et s’inscrit dans une démarche de développement durable. De plus, il est également considéré comme tout premier port français d’importations de minerais et de charbon, de trafic de fruits et de trafic hors produits pétroliers. En outre, il tient aujourd’hui encore une place fondamentale dans les échanges commerciaux avec la Grande Bretagne ; notamment du fait de sa position stratégique.

Le Havre

Fondé en 1530, le port du Havre est l’un des incontournables de la côte normande. À l’initiative de l’un des plus grands rois de France (le célébrissime François Ier), ce port a tout d’abord une vocation militaire. Mais avec la découverte du Nouveau Monde toute récente ; il connaît un tout nouvel essor. Et dès le XVIIIème siècle, il devient le siège principal des importations coloniales de sucre, café, coton et d’épices. Il obtiendra d’ailleurs à cette époque le triste titre de second port négrier français. Avant de se livrer tout entier aux sirènes du tourisme et aux épopées transatlantiques. Un choix qui lui réussira puisque de nos jours, il est le second port le plus important de l’Hexagone ; juste après celui de Marseille.

En effet, la Cité Phocéenne et sa chère Bonne-Mère abritent le plus important des ports de commerces français. Sujet sur lequel nous reviendrons très prochainement par ici.

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.